Suppression de la piste cyclable route du Coin : le retour des conservateurs, en quatre actes

En cette fin de vacances de Toussaint, les saint-chamonaises et les saint-chamonais qui passent par le secteur de la route du Coin où les adeptes de la pratique du vélo en ville l’auront remarqué : la piste cyclable de la route du Coin a disparu. Loin d’être anecdotique, cette décision de la nouvelle municipalité saint-chamonaise témoigne du retour des conservateurs aux destinées de notre ville.

Le choix de la suppression de cet aménagement cyclable est un acte de conservateurs pour au moins quatre raisons.

RouteduCoin1RouteduCoin2

Premièrement, la réalisation de cette piste cyclable, route du Coin, était un marqueur de la municipalité de Gauche. Cette réalisation, menée en début de mandat, avait en effet été portée d’une manière différente de ce qu’avait connu notre ville sous les mandatures précédentes. Nous avions pris le temps de la concertation, de l’échange. Une commission spécifique avait été créée concernant les aménagements cyclables ; commission comprenant des représentants d’associations de pratique de vélo, des jeunes du conseil municipal des jeunes, des représentants des services techniques de la ville et des élus. Comme à chaque fois avec la concertation, tout n’avait pas été « linéaire », simple ; de nombreux allers retours avaient été nécessaires pour finalement donner naissance à ce projet.

La suppression de cet aménagement cyclable est donc un acte politique de la nouvelle municipalité qui affiche ainsi sa position de puissance et envoie un signal clair aux conservateurs de la ville qui s’étaient alors mobilisés contre le projet.

Ensuite, cette suppression de piste cyclable est un acte conservateur car elle témoigne du recul de la majorité municipale sur le programme ambitieux que nous avions mis en place en termes de développement durable. L’opposition de l’époque n’avait eu cesse de critiquer, systématiquement et de façon parfaitement stérile, tous nos projets en matière d’aménagements cyclables. De façon globale, tous nos projets mettant en avant le développement durable de Saint-Chamond étaient alors moqués par les oppositions fragmentées d’alors : PLU, Agenda 21 local, biodiversité, déplacements doux… toutes ces thématiques étaient systématiquement raillées lors des débats en conseil municipal et faisaient l’objet d’attaques virulentes relayées dans la presse.

La municipalité en place réinstaure le système qui avait prévalu entre 1989 et 2008 : un frein à toutes les initiatives innovantes.

Saint-Chamond va se remettre à ronronner : défaire, défaire sans cesse tout ce qui pourrait représenter un acquis pour le bien vivre ensemble à Saint-Chamond, surtout si cet acquis concerne les plus fragiles. Car notre programme de déplacements vélos était aussi un programme à vocation sociale : les déplacements en vélo, en ville, sont aussi un façon de diminuer les coûts de nos déplacements. Coûts qui doivent passer très loin des préoccupations des nouveaux élus de la majorité.

Pour continuer, la suppression de cette piste cyclable est un acte de conservateurs car elle fait la part belle aux utilisateurs des établissements scolaires de la route du Coin. La municipalité soigne ainsi son électorat le plus conservateur en lui rendant l’accès aux classes en voiture – demande qui avait fait l’objet de vifs échanges lors de l’installation de la piste cyclable. Les parents pourront à nouveau venir stationner – légalement – devant les entrées de classe, comme ils avaient continué à le faire – illégalement – en stationnant ostensiblement sur la piste cyclable à chaque entrée/sortie d’école. Les riverains vont sans doute apprécier le retour du ballet incessant de véhicules devant les entrées et sorties de garage.

Enfin, la méthode employée pour cette suppression constitue aussi un acte conservateur. Il s’agit d’une décision, sans aucune concertation, ni même information, des élus, des associations qui avaient travaillé sur le dossier, des riverains. La vision « démocratique » de l’équipe municipale est en elle-même éloquente : centralisation et opacité extrêmes des prises de décisions. Le fait du prince. A l’heure où la question du financement public devient critique, que dire des conséquences financières de cette suppression ? La piste cyclable route du Coin avait représenté un investissement de l’ordre de 100 000 €, subventionné par la région Rhône-Alpes. Quel est le coût des travaux réalisés cette semaine ? Quelle conséquence vis-à-vis de la crédibilité d’une municipalité qui détruit une installation de moins de 5 ans ? Cette nouvelle décision hâtive, dogmatique, n’intègre pas ces éléments, puisqu’il n’y a pas eu réflexion : le fait du prince.

Voilà illustré, en quatre actes, autour d’un exemple précis, le retour du conservatisme à l’état pur à Saint-Chamond : un règlement de comptes politicien, un trait sur le développement durable (dans ses dimensions écologique, sociale et participative), un blanc-seing envoyé aux forces conservatrices de la ville, une méthode de décision autoritaire.

Nous continuerons de dénoncer et de combattre un à un les actes de cette politique conservatrice qui va laisser place, petit à petit, à une ville fragmentée, sans projet d’ensemble, mais au service des puissants locaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.