A ce prix-là, pas la peine de s’en priver !!

C’est la réponse de l’adjoint à l’urbanisme de Saint-Chamond à notre question sur sa vision du poste d’adulte relais à Saint-Julien : un brin surréaliste !

Ci-dessous, le texte de mon intervention à ce sujet lors du conseil muncipal du 15 septembre dernier.

Il y a trois ans, lorsque nous avons mis en route la réhabilitation du quartier de Saint-Julien, nous avons souhaité mettre en place, au-delà de la réhabilitation stricte (en terme de bâtiments, de voirie, d’urbanisme), une démarche soutenue sur l’accompagnement humain et le rôle des habitants dans toutes ces requalifications.

Nous avions créé les conseils de quartier, et les habitants de Saint-Julien se sont appropriés ce projet qui a été partagé, concerté. Pour aller encore plus loin dans la participation des habitants, dans l’objectif de créer du lien, nous avons créer un lieu unique de rencontres, d’échanges, de discussion : le carrefour de la réhabilitation. Situé en plein cœur du quartier de Saint-Julien son objectif était clairement d’être en contact permanent avec la population. Pour faire vivre ce carrefour de la réhabilitation, nous avons décidé d’y adosser une personne, en charge d’accueillir les habitants du quartier, de prendre en compte leurs interrogations, de les renseigner sur les travaux à venir.

Le travail qui a été fait par la personne dans le cadre de ce poste d’adulte-relais a été salué par tous. Je pense que nous pouvons à nouveau nous réjouir de la réussite complète de la mission qui avait été confiée à cette personne. Au fil du temps, ce relais de terrain est devenu un point d’ancrage important au cœur du quartier. Plusieurs centaines de visites d’habitants ont été recensées au carrefour de la réhabilitation.

La mission de cet adulte-relais a également consisté à créer une interface entre l’OPH, la ville et tous les habitants. Cette mission a également été très bien menée.

Créer ce poste il y a 3 ans, dédier un appartement en cœur de quartier pour la réhabilitation, c’était une vraie innovation avec une prise de risque quant à la réussite du projet. Trois ans plus tard, la réussite est là et nous pouvons tous nous en réjouir.

Il n’était pas acquis que ce poste puisse être reconduit. Je pense que le travail que nous avons effectué en préparant le nouveau contrat de ville a apporté la preuve que notre démarche sur le quartier était la bonne.

La reconduite de ce poste est donc une très bonne chose sur le principe. Mais ce poste en soi, n’a pas d’intérêt s’il n’est pas porté par une vision politique claire du rôle que l’on en attend, si l’on n’a pas une vision claire de la contribution des habitants.

A ce sujet, nous avons quelques craintes pour l’avenir.

Je prends un exemple. Nous avons bâti, patiemment, un projet d’aménagement de l’espace de Gourperrona. Ce projet a été véritablement co-construit par les habitants dans le cadre du conseil de quartier et aussi avec l’appui du travail de terrain de l’adulte-relais et du centre social de Saint-Julien. Le résultat est à la hauteur ; Gourperrona a retrouvé un rôle d’espace public, ouvert à tous et la qualité de vie du quartier s’en est améliorée.

Les habitants ont été associés du début à la fin de ce projet d’aménagement de Gourperrona. Et bien, nous avons été choqués M. le maire par la brutalité qui a été la vôtre lorsque vous avez supprimé cet été les deux barbecues qui avaient été installés sur l’espace.

Votre décision a été prise sans même informer les habitants du quartier, les conseillers de quartier, le centre social qui avaient pourtant tous passé beaucoup de leur temps à définir ce beau projet.

La façon dont vous avez décidé, seul, le démontage de ces barbecues témoigne de votre vision du rôle des habitants.

L’espace n’avait pas encore été ouvert lorsque les barbecues ont été enlevés. On ne peut même pas parler de nuisances.

Votre décision est regrettable car elle renie le travail mené par les habitants, les conseillers de quartier, le centre social, alors que l’on connaît la difficulté de fédérer.

La concertation, l’échange, le dialogue avec les habitants nécessitent une façon de faire de la politique au quotidien différente de ce que l’on a pu connaître par le passé.

Nous pensons réellement que cette expérience des barbecues méritait d’être menée, là aussi avec les habitants. Vous avez coupé court à ce qui aurait pu être un bon exemple de vivre-ensemble.

Ce fameux « vivre-ensemble » que tout le monde appelle plus ou moins de ses vœux n’a pas le même sens pour les uns et les autres.

Notre groupe votera cette délibération mais souhaite attirer votre attention sur la nécessité du sens que vous mettrez dans les missions de cet adulte-relais. Le poste en soi n’aura aucun intérêt si vous ne portez pas une vision claire du vivre ensemble sur le quartier de Saint-Julien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.